Espace Virtuel de Conception Architecturale et Urbaine


Patrice CECCARINI

Patrice CECCARINI

CV ET PARCOURS

Professeur en Théorie et Pratique de la Conception Architecturale et Urbaine (TPCAU) à l'ENSA-PVS.

Docteur en Histoire et civilisation, option Sciences des langages / Architecture (EHESS-Paris)

HDR en Aménagement de l’espace et urbanisme (Section 24), Université Paris-I Sorbonne. (en cours)

Collaborations externes :

Avec le Groupe de Recherche "Morphodynamique : esthétique, sciences de la nature et sciences sociales", Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociale.

Avec le Laboratoire CEHTA-GAHOM / EHESS. Membre associé.

THEMES DE RECHERCHE

Trois recherches en cours :

2015-2016  Modélisation informatique à partir des théories morphogénétiques de P. Ceccarini: Architecture gothique. Séminaire Laboratoire Environnements Virtuels pour la Conception Architecturale et Urbaine (EVCAU) Laboratoire Electronique, informatique et image (Le2i ) UMR CNRS 6306. Université de bourgogne, Recherche annuelle postdoctorale, Dijon, septembre 2015. Avec un financement de la région Bourgogne.

 

L'objectif est d'élaborer un logiciel intégrant la morphogenèse des cathédrales gothiques afin de simuler, d’analyser et de comprendre le processus d’élaboration architectural de ces monuments. Ces structures architecturales sont complexes et l’immersion dans un système de réalité virtuelle sera utilisée pour pouvoir appréhender leur processus de génération. Ce travail s’appuie sur une collaboration avec le laboratoire EVCAU de l’école d’architecture de Paris Val de Seine et plus précisément sur les travaux de thèse de Patrice CECCARIN lequel a tenté de reconstituer l’univers cognitif des constructeurs des cathédrales gothiques. Il s’agit en même temps d’une étude anthropologique de la pensée médiévale, et de la rétro-conception (« reverse engineering ») des cathédrales gothiques. Ceccarini s’est appuyé sur l’étude de la basilique Saint-Denis, XIIIème siècle, un des édifices majeurs de l’architecture gothique. A partir d’une série d’indices historiques: des archives et des documents anciens, et d’une couverture photogrammétrique de l’édifice, P. Ceccarini a proposé un modèle du mode de pensée médiéval, et du processus de conception qui a été celui des architectes de la basilique. Pour prouver la validité de ses thèses, il a re-conçu la basilique, redessinant plans, coupes, et détails « à la main ». On en conclu que toute cathédrale gothique est le résultat d’un algorithme, récursif; cet algorithme opère sur un très petit nombre de paramètres, tels que la taille de l’édifice, ou, moins trivialement, le clinamen: « La structure morphologique gothique se réduit à une entité géométrique complexe: une cellule-système, dont le caractère fractal marque la totalité des parties de l’édifice. » [Ceccarini]. Le projet est de traduire les règles de construction en modèle géométrique valide et d’écrire le programme de conception des cathédrales gothiques, tel que l’a reconstitué Ceccarini : ce programme générera la géométrie de la cathédrale en 3 dimensions, à partir des quelques paramètres. Puis, pour vérifier la validité de la théorie, la maquette numérique de la cathédrale sera visualisée, avec les méthodes standard de la synthèse d’images et de la réalité virtuelle. Cette recherche se place en relation avec les 3 axes "Systemic Design et Ecologies projectives", "Numérique" et "Modèles et temporalités" de l'EVCAU.

 

2016-2017- Equipe de recherche Morphologie. Morphodynamiques : esthétique, sciences de la nature et sciences sociales. EHESS, Paris.

Cette deuxième recherche  porte sur le rôle de la plasticité dans la morphogenèse de systèmes physiques, biologiques, cognitif, sociaux. Nous émettons l'hypothèse que la plasticité est une capacité de la matière d'accueillir une infinité de formes, comme dans les arts plastiques, dans lesquelles la non passivité du support permet à l'artiste de mettre en scène des dynamiques du visuel toujours différentes. Au lieu de centrer notre attention sur la genèse des structures, comme cela se fait dans la tradition du structuralisme dynamique, nous nous intéressons à la dynamique des formes au sein d’espaces mobiles et toujours variables. Nous reconnaissons ainsi la plasticité dans la morphogenèse de systèmes présentant un nombre infini des points d’équilibre stable, passage à la limite que le structuralisme dynamique n’accomplit pas. Nous considérons la plasticité comme une re-modélisation continuelle des espaces de connectivité, environnements toujours mobiles et variables formant à la fois le contexte de perception sensorielle et de l'expression signifiante. Si, dans le contexte des neurosciences, la plasticité cérébrale ainsi définie nous paraît comme le présupposé matériel d'une herméneutique des formes, nous nous demandons quel rôle joue la plasticité phénotypique dans les phénomènes de développement embryonnaire, et comment serait-il possible de transposer ces questionnements dans l'analyse des systèmes sociaux. La plasticité nous paraît comme un élément nécessaire dans des systèmes dynamiques particuliers qui, montrant la capacité d'accéder à une mémoire distribuée le long de leur parcours, peuvent être définis comme « historiques » : de la molécule de l'ADN en biologie, aux constellations morphologiques de l’Atlas Mnémosyne de Aby Warburg ou des mémoires qui marquent l'horizon des pratiques sociales.

2016-2017 - Eco-systémique et génétique architecturale. La troisième recherche en cours concerne la rédaction d'une HDR qui s’intéresse aux changements de paradigmes majeurs bouleversant la discipline architecturale au regard des besoins pressants de la société contemporaine. Les enjeux économiques et sociaux associés aux changements climatiques et environnementaux, les nouvelles technologies et les sciences de l’information et de la communication, nous orientent inexorablement vers des pratiques jusqu’à aujourd’hui inédites; elles obligent à une reconfiguration des pratiques de production opérationnelles et professionnelles de l'architecture comme à celles de la recherche et de la connaissance. Dans un tel cadre, la discipline architecturale se trouve, bien malgré elle, contrainte de se réformer très profondément, non seulement par les changements technologiques évidents mais aussi par la reformulation indispensable de ses moyens et finalités disciplinaires. Mal pourvue de réflexions théoriques et épistémologiques, ne capitalisant pas son savoir et sa connaissance pragmatique, elle pourrait se révéler une discipline (polymorphe-polytechnique) de première importance pour l’élaboration des futures pratiques de l’habiter du XXIe siècle. Les nombreuses compétences pluridisciplinaires qui la traversent et la constituent malgré sa volonté hégémonique, doivent être considérées comme la base intrinsèque, le substratum de sa constitution en tant que système complexe. Car en effet, l’analyse et la prise en compte des données multiples et hétérogènes (Big Data, Data Masse) des contextes d’études constituent la base informationnelle et matérielle objective de la discipline architecturale en tant que telle ; c’est à partir de celles-ci que se joue la compréhension des processus d’agrégation donnant lieu à la formation des territoires,  des villes, des édifices et des phénomènes relatifs aux ambiances physiques comme à ceux perceptifs, psycho-comportementaux et sociaux caractérisant leur habitabilité. Ces processus systémiques universels, bien connus de la plupart des domaines de la connaissance scientifique – ayant déjà produit les grandes révolutions technologiques et sociétales actuelles –, longtemps étudiés (Palo Alto), restent cependant encore grandement mal perçus, compris et acceptés par le milieu professionnel (et enseignant) de l'architecture. Notre réflexion porte donc sur la nature systémique et génétique de l’architecture, de sa possible mise en application, non seulement dans l’objectif d’une compréhension par l’analyse des contextes existants mais aussi, et surtout, dans les procédures de la morphogenèse architecturale en tant que processus majeur de conception et d'aide à la décision. A cet égard, une réflexion sur l’organisation complexe des facteurs systémiques multiples, impose impérativement une compréhension épistémologique de l’organisation systémique de la discipline architecturale, d’explorer les conséquences potentielles d’une (morpho) génétique architecturale sur les sociétés, sur les procédures de conception et leur corolaire, leur automatisation-informatisation (BIM). Ainsi, penser une morphogénétique architecturale en interaction avec les phénomènes vivants des territoires habités, étudier les organisations humaines quelque soit l’échelle, en tant que phénomène naturel d'émergence, constituent le champ principal de mes recherches à venir. Cette recherche, en cours, a bénéficié d'un financement CER du Ministère de la Culture et la Communication. 2016-2017, et s'inscrit à l'articulation de deux des axes de recherche d'EVCAU : "Systemic Design, Ecologies projectives" et "Modèles et temporalités".

 

Expertises

Pour  l'HCERES, MCC, 

- Membre expert pour le recrutement des professeurs des ENSA, MCC, 2014.

- Membre Expert de HCERES, 2010.